AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hide and Seek. (PV Aiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Hide and Seek. (PV Aiko)   Mar 2 Avr - 2:56

Cela faisait à peine vingt-quatre heure que l’androgyne avait rejoint les rangs des élèves du lycée Hichi qu’il en avait vu de toutes les couleurs. C’était la première fois qu’il se trouvait parmi autant de jeunes dans sa tranche d’âge et il réalisait que tout le monde n’était pas aussi bienveillant que lui ~ Méchancetés et insultes semblaient faire partie de la vie courante et ça ne paraissait pas troubler les étudiants qui se laissaient marcher sur l’égo.

Malheureusement pour lui, il ne se fondait pas très bien dans la masse, avec ses longs cheveux et ses vêtements traditionnels. En effet, le brun avait revêtu une jolie tenue de soie dans les teintes de rose, de violet et de magnifiques ornements décoraient sa tignasse de jais. Il avait été poussé sur le sol, tombant du haut de ses hautes gêtas, et on avait rigolé de lui ~ Le Osamu ne pouvait plus attendre d’enfiler l’uniforme scolaire.
Fuyant ce qui semblait être un délinquant, le jeune noble était entré dans une pièce au hasard, refermant rapidement la porte derrière lui. Le souffle court, il se frotta les yeux ~ Il faisait très sombre, et il ne voyait pas très bien ~ Mais vue le calme plat qui régnait, il était évident que personne n’était présent. D’une toute petite voix, il osa tout de même :

-Il y a quelqu’un?


Il avança à l’aveuglette, ses yeux pâles ne s’étant pas encore habitué à la noirceur. Au bout d’un moment, l’androgyne arrivait à apercevoir ce qui aurait pu être un appareil photo, l’embrouillant encore plus sur l’endroit où il se trouvait, si seulement il aurait pu atteindre la lumière… Le brun trébucha dans la patte d’une table et se cogna le front sur le sol, échappant un mince râle plaintif ~ Pourquoi ça devait toujours lui arriver à lui?

Le première année réussi à ouvrir la lumière, après s’être relevé, et put donc contempler la salle où il se trouvait : C’était une pièce assez jolie, quoi qu’un peu en désordre. Un grand bureau était posé dans le coin de la pièce, beaucoup de paperasse y étant posé. Il s’approcha pour remarquer… Des scoops? Sur les élèves… Il rougit et reposa les nouvelles, n’osant pas s’infiltrer ainsi dans la vie des autres étudiants.

Il n’avait qu’à sortir, voilà! Personne ne saurait jamais qu’il était entré et il n’aurait donc aucun problème, puis, le délinquant à l’extérieur avait dû partir depuis un bon moment, non? En tentant d’atteindre la sortie, il fit tomber l’appareil qu’il avait remarqué plus tôt, lâchant un petit cri en le voyant éclater sur le sol. Il se pencha pour observer les débris, les larmes aux yeux ~ Ça devait être réparable, non? Puis… Il pourrait toujours garder le premier plan et se sauver misérablement!

L’androgyne releva la tête lorsqu’il entendit la porte ouvrir ~ Sans aucune subtilité, il se glissa sous le bureau, essayant de se cacher du mieux qu’il le pouvait. De sa cachette, il pouvait remarquer que la nouvelle venue était une jolie jeune fille, une brunette avec de grands yeux gris lumineux ~ Était-ce elle qui rassemblait toutes les informations sur les élèves? Il attendrait patiemment qu’elle se retourne pour fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Kagawa Aiko
Habitué(e)
Habitué(e)
avatar

Messages : 134
Localisation : France

Carte d'identité
Âge [RP] :: 18 ans
Club(s) :: Journalisme ( Présidente )
Autres Détails ::
MessageSujet: Re: Hide and Seek. (PV Aiko)   Mar 2 Avr - 4:30


J'écoutai d'une oreille le monologue du professeur. Tout en laissant vagabonder mon esprit, je lachai un long soupir tout en me posant ma tête dans mes bras. Je restai le regard rivé sur la grande baie vitrée. J'avais choisi ma place exprès, juste aux côtés de la fenêtre, en sachant pertinnement que je passerais plus de temps tournée vers elle que vers le tableau.
Admirer des paysages m'a toujours quelque peu relaxé, détendue. De plus, en ce mois d'avril, période de rentrée scolaire, le spectacle des cerisiers en fleurs était particulièrement agréable. La cour, de l'autre côté de la vitre, donnait l'impression d'une grande légèreté, avec tous ces pétales qui virevoltaient au gré du vent. Avec le printemps qui venait de montrer le bout de son nez, on avait aussi le droit au retour du soleil, qui m'enveloppait d'une douce chaleur.

Second soupir. Cette dernière heure semblait s'étirer de plus en plus à mesure que le temps s'écoulait. Ma seule envie était de quitter rapidement cette salle de cours pour en rejoindre une autre. En effet, depuis que j'avais rouvert le club de journalisme, j'y passais maintenant tout mon temps libre. Et pour cause, le travail qui m'y attendait était monstre. Et avec seulement mes petites mains pour s'occuper de tout, autant dire que l'activité était particulièrement chronophage. C'est à ces moment que le manque de membres se faisait le plus sentir.
Je fermai les yeux une seconde, tentant de visualiser et de mettre au point mon programme pour cette soirée d'activités au club. Je préférai tout planifier d'avance, même si je n'avais pas le temps de tout faire, celà me permettait de ne rien oublier.
Cependant, une ombre vint perturber mon tableau. Au sens strict du terme. Une personne, debout derrière ma chaise, empêchait les rayons du soleil de m'atteindre. Et je n'eut pas grand mal à deviner qu'il s'agissait de la vieille pervanche qui me servait de professeur de japonais.

- Et bien, et bien, Mademoiselle Kagawa. On s'octroie une petite sieste pendant mon cours ?

Inutile de répliquer que je ne dormais pas, celà aurait juste eu pour effet d'envenimmer les choses. Il ne vaux mieux pas contredire ce genre de personne, parce qu'elles pensent qu'elles ont toujours raison, et usent parfois de leur autorité quand la situation commence à devenir glissante pour eux.
Je lui lancai alors juste un regard désinteressé, sans pour autant être provocatrice, et me redressai en appuyant ma tête dans mes mains. Décidément, les cours de japonais s'annoncaient particulièrement agréables cette année.
La vieille mégère, pensant qu'il lui fallait assoir son autorité en ce début d'année, n'en resta pas là.

- Oh, je vois à votre regard que vous êtes passionnée par mon cours. Et si vous veniez au tableau histoire de faire un petit résumé à vos camarades de ce que nous avons fait depuis le début de cette heure ?

Si vous saviez combien de fois j'ai déjà eu le droit à des mises à l'épreuve de ce genre tout au long de ma scolarité. Le fait que je fasse souvent autre chose pendant qu'ils blablattent leur donne le droit de penser que je n'écoute pas. Cependant, je les remet toujours dans le droit chemin en leur prouvant le contraire. Au début, j'y prenais une certaine satisfaction. Voir la figure d'autorité se faire prendre à son propre jeu, ça avait quelque chose d'assez comique. Maintenant, me livrer à ce petit jeu m'ennuie.
C'est donc sans grande motivation que je me levai de ma chaise, prête à réciter presque mot pour mot ce que j'avais emmagasiné pendant le cours. Mais comme si Dieu avait entendu ma prière, au moment ou j'allais quitter mon bureau, la cloche retenti.
A ce son libérateur, toute la classe s'anima comme à chaque fin de journée, et en à peine une minute, elle était déjà vidée. La mégère pesta entre ses dents, et ajouta que ce n'était que partie remise.
Je ne releva pas la remarque, et rangea lassivement mes affaires dans mon sac, et en sorti mon casque audio que je glissai sur mes oreilles avant même d'être sortie de la salle.

J'enclenchai mon mp3 et choisi un morceau rapide et gilleret. Tout en marchant au rythme de la musique, je sentais une energie s'emparrer de moi. J'avais regagner de la motivation et de la vigueur rien qu'avec quelques notes.
Passant devant la machine à café, et toujours animée de ce dynamisme nouveau, je decidai de commander un chocolat chaud. J'attendi quelque seconde que la boisson coule puis continuai mon chemin en buvant joyeusement quelques gorgée du brevage sucré. Il va falloir que je fasse attention à ce que prendre un chocolat à chaque fois que je me rend au club ne devienne pas une habitude.
Au détour d'un couloir, je me fis bousculer par un garçon qui avait l'air de chercher quelque chose. Il ne s'excusa même pas, mais je l'ignorai. Sa tête me disait quelque chose. Je cherchai dans ma mémoire jusqu'à recaller le souvenir d'une des fiches du club, sur les élèves. Tsukamoto Haruki, en deuxième année S. Pas mal de mauvaises appréciations, et il semblerait qu'il avait été trempé dans des cas de harcelement sur certains élèves "faibles". Mais l'influence de son père avait permi d'étouffer l'affaire. Je soufflai, agacée. Le monde est vraiment mal fichu.


J'arrivais enfin devant la porte de la salle du club. Je sorti de la poche de ma jupe le trousseau de clé, l'enfilai dans la serrure mais la porte était déjà dévérouillée. Ah, oui, j'y suis allée à la pause de midi, et j'avais du oublier de refermer derrière moi. Quelle tête en l'air.
Quand je pénêtrai dans la salle, les volets électriques étaient ouverts et la pièce baignait dans une lumière chaude et agréable. Sans m'en rendre compte j'affichai un sourire niais. J'avais pris mes petites habitudes dans cette salle et me l'étais un peu appropriée. Alors chaque fois, j'étais heureuse de la retrouver, avec son désordre caractéristique, son odeur de papiers, et son calme reposant. Je posai ma timballe sur mon bureau, celui "du professeur" dans une classe normale, et fis glisser mon casque sur mon cou. Je basardai dans un coin mon sac et accrocha ma veste de blazer au porte manteau à l'entrée. C'était les petites manies que j'avais prise, au fur et à mesure du temps. Rattrappant mon chocolat au passage, je me dirigeai vers la plus grosse pile de paperasse que j'avais du laisser en plan ce midi, faute de temps, bien décidée à y mettre de l'ordre.

Un craquement m'arrêta dans mon cheminement, et, regardant à mes pieds, j'y remarquai des débris d'un appareil électronique. Et pas n'importe lequel. Mon appareil photo ?!
Je m'accroupie et tentai de rassembler les morceaux, mais je savais pertinnement que c'était irrécupérable. Je regardait les milles morceaux de la machine avec un pincement au coeur. J'y était assez attachée et le voir complètement détruit me rendait assez triste. Je récuperai la carte mémoire de l'objet et au moment ou j'allais me relever pour aller chercher la corbeille et dire adieu à mon fidèle compagnon, j'apperçu du coin de l'oeil un mouvement à ma droite.

Réagissant au quart de tour, je laissai échapper un cri de surprise en m'écartant quand je remarquai que sous la table était cachée... une personne ?!
La première chose qui m'est venue en tête est : Pourquoi était-elle là ?! Et surtout, planquée sous la table ?! La question sorti toute seule :

- Qu'est ce que vous faites là ?

Je regardais la personne, interloquée. Du dessous de la table, l'obscurité du lieu exigü n'aidant pas, je pu vaguement apercevoir, de par ses cheveux longs et son visages aux traits fins et féminins, qu'il s'agissait d'une fille. Reprenant mon calme comme je le pouvais, je tentais d'analyser la situation le plus clairement possible. Mon appareil était cassé, quelqu'un était caché. Les deux me semblaient liés. Mais je ne voulais pas me lancer dans des accusations à tord. Je me redressai, m'accroupissant, puis, plus tranquillement, je m'adressai à elle.

- Vous ne voulez pas sortir de là dessous, ça sera surement plus pratique pour discuter.


Me relevant, j'époussetai ma jupe et remis ma chemise et mes cheveux en place. Ne sachant pas à qui j'allais avoir à faire, autant être relativement présentable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hide and Seek. (PV Aiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hichi Gakuen :: Lycée - Bâtiment Kuro :: Salles des Clubs :: Journalisme et Photographie-